Alors que les foulards en soie protégeaient déjà les doigts et les gants des aficionadas et aficionados contre l'odeur de la nicotine et la décoloration au 18ème siècle, les bagues de cigares se sont rapidement imposées comme un outil de marketing. Depuis, ils sont également devenus des objets d'art, des symboles de statut social et des pièces de collection.

Avant de nous plonger dans l'histoire et l'évolution des bagues de cigares, il convient de clarifier les termes. En effet, trois termes se sont imposés pour désigner les petits rouleaux de papier qui entourent aujourd'hui presque tous les cigares : bandeau, banderole et bague à cigares.

Clarifier les termes

Bien que le terme « banderole » se soit établi, il est erroné. En effet, le terme « banderole » désignait les sceaux fiscaux introduits au début du 20ème siècle sur les caisses de tabac. Mais aujourd'hui, le terme s'est imposé pour désigner les bagues en papier qui enveloppent les cigares. Le terme bandeau est dérivé du cummerbund, un vêtement masculin qui remplace le gilet du smoking. De la même manière que le gentleman porte la ceinture autour de la taille, le bandeau entoure le cigare. À Cuba, la ceinture est appelée anilla (du mot espagnol «anillo», anneau). C'est pourquoi le terme « bague de cigare » est sans doute le plus approprié pour désigner ce petit rouleau de papier qui a connu une évolution remarquable au cours des deux derniers siècles.

Du protège-doigts à l'outil marketing

Il existe différentes histoires sur l'origine des bagues de cigares. Au 18ème siècle, l'impératrice russe Catherine la Grande protégeait déjà ses doigts et ses gants des odeurs de nicotine et de la décoloration du tabac avec de petits tissus de soie. En 1854, c'est le maître-cigaretier allemand Gustav Bock, qui a émigré à Cuba, qui ne voulait pas seulement protéger les doigts et les gants avec les anneaux en papier, mais qui a établi une caractéristique unique pour ses cigares. (voir également Histoire des cigares et cigares bocks). Le potentiel de ces bagues de cigares en tant qu'ornement et outil de marketing a été rapidement reconnu par d'autres fabricants de cigares, et de plus en plus de fabriques ornaient donc leurs cigares d'une bague.

Objets de collection

Depuis leur création, les anneaux rectangulaires ou ovales sont devenus des objets d'art colorés aux formes variées. Dans le cadre de la compétition pour la bague la plus spéciale, certaines sont également ornés de reliefs créatifs, ce qui leur confère un attrait visuel et tactile. Il n'est donc pas étonnant que les bagues de cigares soient devenues des objets de collection très recherchés. Alors que certains aficionadas et aficionados aiment conserver les bagues pour avoir un aperçu des cigares qu'ils ont déjà dégustés et des autres bons exemplaires qu'ils pourraient s'offrir un jour, il existe même des collectionneurs non-fumeurs qui conservent des milliers de bagues de cigares dans des albums et des classeurs. Ce type de collectionneur, aussi appelé vitolphile, se trouvait d’abord principalement aux Etats-Unis, puis désormais plus souvent en Europe. L'Américain Joe Hruby a été inscrit au Guinness Book des records pour sa collection de plus de 165 000 bagues – collection qu’il a ensuite porté à plus de 221 000 pièces.

Séries et types de bagues de cigares

Comme pour les timbres et les couvercles de crème à café, certains producteurs ont développé des séries entières de bagues de cigares pour les collectionneurs passionnés. Ces séries représentent des animaux, des personnages de contes de fées, des bâtiments connus ou des personnalités célèbres. Outre ces bagues de série, il existe trois autres types de bagues de cigares. Les «classic bands» sont des bagues plus anciennes, datant du milieu du 19èmesiècle. Les «factory bands» étaient fabriqués par les fabricants de cigares eux-mêmes et utilisés pour leurs propres cigares (contrairement aux bagues que les imprimeries fabriquaient pour différents producteurs de cigares). Enfin, les «publicity bands» sont des bagues qui servent à promouvoir certains événements, clubs, produits ou organisations. Par exemple, au milieu des années 1950, il existait une bague pour cigares portant l'inscription «Coca-Cola».

Retirer la bague

Alors qu'il existe des bagues qui n'ont jamais orné un cigare, la plupart doivent être retirées d'un cigare. Il faut toutefois faire attention à ne pas endommager la cape du cigare et à ne pas gâcher ainsi la dégustation. Il est préférable d'allumer le cigare avant d'enlever la bague et de le fumer pendant un certain temps, ce qui permet de dissoudre la colle et de retirer la bague. En l'enlevant, vous risquez moins d'endommager la cape que si vous grattiez la bague avec le doigt. Et si vous ne voulez pas collectionner la bague, vous pouvez la laisser sur le cigare - et l'utiliser par exemple pour marquer la distance à laquelle vous avez fumé et savouré un cigare, afin de pouvoir comparer plus tard la dégustation de cigares identiques de différentes longueurs. En Asie, il est plutôt rare d'enlever la bague avant/pendant la dégustation, car les cigares haut de gamme avec une bague de cigare correspondante sont considérés comme un symbole de statut social.

Lire l’histoire suivante

L’art de rouler les cigares

L’univers des cigares et des cigarillos

Quand êtes-vous né(e)?

Les cigares et cigarillos sont des produits excitants pour les adultes. Pour pouvoir utiliser ce site, vous devez avoir 18 ans ou plus.
En accédant à ce site, vous acceptez nos Conditions générales, notre Politique de confidentialité et notre Politique sur les cookies.

Vous en voulez plus. Découvrez le login VILLIGER.

Vous en voulez plus. Découvrez le login VILLIGER.

Avant de poursuivre, pouvez-vous nous dire quand vous êtes né(e)?

Les cigares et cigarillos sont des produits excitants pour les adultes. Pour pouvoir utiliser ce site, vous devez avoir 18 ans ou plus.
En accédant à ce site, vous acceptez nos Conditions générales, notre Politique de confidentialité et notre Politique sur les cookies.